Le marché du travail au Maroc : défis et opportunités

Publiscite

Au cours des 15 dernières années, le Maroc a réalisé des progrès significatifs sur le plan économique et du développement.

Son produit intérieur brut (PIB) par habitant a augmenté en moyenne de 3,2 %. De plus, le pays bénéficie d’un dividende démographique, bien que la qualité de la main-d’œuvre reste faible.

Publiscite

Cependant, le ralentissement de l’accroissement de la population a réduit le ratio de dépendance démographique, ce qui devrait rester faible jusqu’en 2030.

Pourtant, cette situation représente à la fois une opportunité et une pression supplémentaire sur l’économie marocaine, qui doit créer suffisamment d’emplois pour les 300 000 jeunes en âge de travailler qui arrivent chaque année sur le marché du travail.

Les trois grands défis du marché du travail marocain

  1. L’absence d’inclusion : Les jeunes et les femmes sont moins intégrés que le reste de la population active sur le marché du travail. Le taux de participation des femmes est particulièrement faible (23 %), tandis que la part des jeunes a reculé, avec plus d’un doublement du nombre de jeunes poursuivant des études.
  2. La lente progression de l’emploi : Le nombre d’emplois créés ne suffit pas à absorber l’afflux de la population en âge de travailler. L’emploi formel est concentré dans des entreprises plus grandes et plus anciennes, tandis que les petites et moyennes entreprises ont du mal à fonctionner et à se développer.
  3. Des emplois peu qualitatifs : Le marché du travail est dominé par le travail informel. L’essor de l’emploi non agricole est limité, et dans le secteur des services, les emplois se concentrent dans des prestations peu qualifiées. La productivité est faible, et les travailleurs n’ont pas accès à des mécanismes adaptés de dialogue sur la protection sociale et les conditions de travail.

Le défi de l’insertion des jeunes au Maroc

Les jeunes Marocains représentent 30 % de la population du pays et 10 % des jeunes de toute la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord). Cependant, une étude récente révèle que 49 % des jeunes Marocains ne sont ni à l’école ni au travail1. Voici quelques points marquants concernant ce défi :

  1. Croissance démographique et opportunités:
    • La jeunesse est une formidable chance pour la croissance économique, car elle stimule l’innovation et la productivité.
    • Cependant, seule une économie ouverte et dynamique peut permettre aux jeunes d’exprimer leur potentiel.
  2. Exclusion des jeunes:
    • Le Maroc a connu une croissance économique sans création d’emplois suffisante pour la jeune génération.
    • Le Printemps arabe a mis en lumière la frustration des jeunes qui souhaitent contribuer activement à la vie économique et politique du pays.
  3. Solutions pour l’insertion des jeunes:
    • Le Projet de soutien à l’inclusion économique des jeunes finance une approche innovante au Maroc. Il combine formation pour les jeunes peu qualifiés, soutien aux entrepreneurs en herbe et investissements dans les entreprises locales prometteuses2.
    • Ce projet, doté d’une enveloppe de 55 millions de dollars, vise à améliorer l’employabilité des jeunes et à favoriser l’entrepreneuriat dans la région de Marrakech-Safi. Il s’appuie sur des programmes adaptés aux attentes du marché du travail et des synergies renforcées entre parties prenantes (organes centraux, autorités locales et secteur privé)3.
  4. Chômage des jeunes diplômés:
    • En 2022, plus de 60 % des jeunes diplômés au Maroc étaient au chômage, soit un pourcentage cinq fois supérieur à celui des jeunes sans diplômes4.

Quelles sont les autres initiatives gouvernementales pour l’emploi des jeunes au Maroc ?

  1. Programme “Intelaka”:
    • Ce programme vise à encourager l’entrepreneuriat et l’auto-initiative d’emploi chez les jeunes.
    • Il offre des formations, des conseils et un accompagnement pour aider les jeunes à créer leur propre entreprise ou à développer des projets innovants.
  2. Fonds Mohammed VI pour l’investissement:
    • Ce fonds soutient les projets économiques et sociaux au Maroc.
    • Il encourage l’investissement dans des secteurs clés et contribue à la création d’emplois durables.
  3. Stratégie “Génération Green”:
    • Axée sur le secteur agricole, cette stratégie vise à promouvoir une classe moyenne agricole dynamique.
    • Elle encourage l’innovation, la formation et l’emploi dans le domaine de l’agriculture.
  4. Écosystème des start-up innovantes:
    • Le gouvernement travaille à créer un environnement favorable à l’émergence de start-up technologiques et créatives.
    • Des mesures incitatives sont mises en place pour soutenir ces jeunes entreprises et stimuler l’emploi dans le secteur des nouvelles technologies.

En somme, ces initiatives visent à offrir aux jeunes marocains des opportunités d’emploi, de formation et d’entrepreneuriat.

Comment fonctionne le programme Intelaka ?

Le programme Intelaka a été créé dans le but de faciliter l’accès au financement pour les jeunes porteurs de projets, les auto-entrepreneurs, les micro-entreprises et le secteur informel, tant en milieu urbain qu’en milieu rural, ainsi que pour les entreprises exportatrices vers l’Afrique1. Voici comment il fonctionne :

  1. Population cible:
    • Le programme vise principalement les micro-entreprises, les TPE (330 000 unités dont le chiffre d’affaires est inférieur ou égal à 10 millions de dirhams), les auto-entrepreneurs et forfaitaires (environ 600 000 personnes), les jeunes diplômés, les acteurs de l’informel et les PME exportatrices vers l’Afrique.
    • Ces groupes, selon une étude récente du Haut Commissariat au Plan (HCP), ont très peu accès au financement bancaire malgré les initiatives prises par l’État ces dernières années2.
  2. Mécanismes du programme:
    • Le programme s’appuie sur des garanties pouvant aller jusqu’à 80 %.
    • Ces garanties sont basées sur le Fonds d’affectation spéciale créé au titre de la Loi de Finances 2020. Ce fonds constitue le socle de base des produits offerts et porte sur une enveloppe de 8 milliards de dirhams. Sur cette somme, 2 milliards sont dédiés au monde rural et étalés sur trois ans.
    • Une rupture importante concerne les garanties : dans le cadre de ce programme, les banques se suffisent des garanties liées au produit et renoncent aux garanties personnelles.
    • Le taux d’intérêt est historiquement bas, sur instructions du Roi, et est inférieur au taux directeur de la Banque centrale (2,25 %). Il est fixé à 2 % en règle générale et à 1,75 % dans le monde rural2.

En somme, le programme Intelaka offre des solutions de financement adaptées aux besoins spécifiques des jeunes entrepreneurs et des petites entreprises, tout en favorisant l’inclusion économique et l’emploi au Maroc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

HacklinkcasibomjojobetDA PA Checker
marsbahis